Association Compostelle - Cordoue


Pourquoi Compostelle et Cordoue ?

L’homme est pèlerin sur la terre, sa vocation est de se mettre debout et de marcher
c'est « l’esprit de Compostelle ».
L’homme est un être de relation, destiné à « vivre ensemble » avec ses semblables de cultures différentes :
c’est « 
l’esprit de Cordoue »

Marcher, Dialoguer, Comprendre


 


Nos marches

Sur le chemin d'Abraham

Publié dans Marches

Deux contributions de participants à la marche en Palestine organisée par Compostelle-Cordoue en ce début du mois de novembre 2016 : Michel Rouffet répond à la question " Pourquoi cette marche en Palestine ? " et Alain Simonin invite à méditer sur des signes d'espérance à partir des prénoms des deux fils d'Abraham, Isac et Ismael. 

Marche et rencontres en Palestine et Israël. Pourquoi ?

Pour une association comme « Compostelle-Cordoue » , qui souhaite, au travers de marches partagées, faovoriser la dialogue et la compréhension entre personnes de différentes traditions, le chemin d’Abraham apparaît comme incontournable. Le personnage d’Abraham (Ibrahim) est reconnu comme le père mythique des trois religions juive, chrétienne, musulmane. De plus,l’injonction qu’il reçoit d’ailleurs de quitter ses habitudes et aller vers un pays inconnu… et vers lui-même, nous questionne encore actuellement  tous, croyants ou non croyants. La tradition islamique raconte qu’Abraham est parti de Chaldée car il ne supportait pas le culte des idoles, que « son Dieu » n’était pas de cette nature. Telle est notre démarche : ne pas s’arrêter aux poncifs, être disponible à entendre la vérité de l’autre, quel qu’il soit !
 
La situation actuelle de conflit au Moyen-Orient, rajoute une dimension dramatique à cette démarche. Evidemment, en allant là-bas, en y rencontrant des Palestiniens, des Israéliens, nous ne bougerons pas d’un iota les lignes du conflit, mais nous apporterons un petit soutien moral et financier aux gens qui nous reçoivent, d’autant plus que nous inaugurons la mise en valeur « touristique » du chemin dans le cadre d’un projet de coopération internationale .
 
On peut donc espérer que d’autres groupes nous suivront , et que s’installe une démarche pérenne de « fraternité » dans ce contexte troublé.
 
Dans la suite de Paolo Dal Oglio, je poursuis toujours l’utopie, que , de par le monde, se constitue progressivement un réseau des « pèlerinages inter-traditions », facteur de rencontres et de compréhension , dépassant les barrières mises en place par les idéologies religieuses ou autres, vers une vérité partagée plus grande.
 

 

Michel Rouffet, 2 novembre 2016

Marcher avec un rire intérieur et une écoute attentive

Il m'est venu ces derniers jours une réflexion étrange qui m'a permis d'installer en moi une attitude profonde qui pourra, peut-être, me guider pendant cette marche en Palestine. Vous sachant proche de ce questionnement, je partage cette réflexion, que j'ai aussi envoyé à quelques amis restant en Suisse et qui partagerons ainsi à distance notre marche.

Il m'a semblé que nous devions nous préparer non seulement sur un plan politique mais aussi sur le plan de l'histoire profonde. Et replonger quelque peu dans les textes fondateurs du Chemin d'Abraham. Cette plongée m'a personnellement beaucoup apporté, notamment un épisode en particulier. C'est l'épisode de l'accueil des trois anges au rocher de Mamré près d'Hébron, que nous visiterons (si le contexte politique du moment n'y fait pas obstacle), ainsi que les épisodes des naissances successives d' Ismaël et d'Isaac, de deux femmes différentes, Sarah et Hagar. Au rocher de Mamré, les trois anges annoncent à Sarah qu'elle aura une descendance. "Avancée en âge", elle n'y croit pas. Tellement pas qu'elle rit (d'elle-même) en cachette. Mais les anges ont entendu ce rire et l'interrogent. Ils la grondent même d'avoir menti sur son rire qu'elle a voulu cacher. Le miracle c'est que son fils s'appellera Isaac, ce qui veut dire "Il (Dieux) a ri". Un rire profond, une certaine joie s'est donc insinué de manière surprenante dans le texte sacré de nos origines. Si l'on sait, d'autre part, que l'autre fils d'Abraham (né précédemment de sa servante égyptienne, Hagar) s'appelle Ismaël, ce qui veut dire "Dieu entend", on est encore plus étonné.

J'ai alors pensé que nous avions là deux indices pour continuer d'espérer malgré tout en ce qui concerne le conflit sans fin entre israéliens et Palestiniens, dont nous allons être les témoins lors de cette marche. En effet, ce texte de l'Ancien testament et de la Torah, présente Dieu qui " rit ", et aussi Dieu " entend". Ces deux mots, ces deux attitudes, sont venus ces jours-ci éclairer mes journées de préparation de cette marche. Au  quotidien, je peux " rire ", même des choses les plus graves, puisque Dieu rit en moi. Certes discrètement, intérieurement. Je peux aussi " entendre ", ce qui se dit en moi-même, mais aussi chez les autres, mes voisins, dans le secret de leur coeur. Puisque Dieu entend en moi. On peut appliquer cela, m'a-t-il semblé, aussi au contexte de ce conflit désespérant entre deux peuples, les Israéliens, descendants d'Isaac et les Palestiniens, descendant d'Ismaël. Ne pas perdre de vue ce rire, cette joie au quotidien qui les unissait il n'y a pas si longtemps (avant que les sionistes n'envahissent progressivement leur territoire), ne pas perdre de vue cette entente (s'entendre) qu'il partageaient dans leurs villages et même à Jérusalem. Il suffit de lire comment Elias Chacour (le prêtre melkite né en Cisjordanie, voir son "Frère de sang") raconte son enfance avant l'occupation juive de 48, pour ressentir cette joie et cette entente partagées entre ces deux peuples avant le drame de la séparation. Elles sont toujours là, cette joie et cette entente, cachées au fond de leurs coeurs meurtris ou endurcis, même au travers des bombes et des check point. Alors, je me suis dis que nous pourrions marcher sur ce chemin d'Abraham avec cette même attitude, de rire discret et d'écoute empathique, et qu'elle pourra peut-être, secrètement au fond de nos coeurs, réjouir nos hôtes du désert et des villes de Palestine et de Jérusalem.

Bien sûr ces deux peuples frères sont aujourd'hui tellement loin d'une réconciliation, qu'imaginer du "rire" et de "l'entente", parait presque déplacé. Mais je crois que les gens que nous allons rencontrer, deux peuples à même leur terre, sont plus proches l'un de l'autre que ce que nous en disent les médias et les politiques.

 Alain Simonin, Genève nov 2016, 

Alain a envoyé un document présentant le mythe du Chemin d'Abraham, dans les trois traditions monothéistes et des extraits des textes fondateurs de la tradition abrahamique. Vous le trouverez sous le lien suivant

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir