Association Compostelle - Cordoue


Pourquoi Compostelle et Cordoue ?

L’homme est pèlerin sur la terre, sa vocation est de se mettre debout et de marcher
c'est « l’esprit de Compostelle ».
L’homme est un être de relation, destiné à « vivre ensemble » avec ses semblables de cultures différentes :
c’est « 
l’esprit de Cordoue »

Marcher, Dialoguer, Comprendre


 


Rencontre à Kfarmichke, Liban, 2013
Sous le soleil de novembre en Andalousie, 2010
Cercle de dialogue à Venise
Rencontre à Château-Mercier (Valais), 2015
En Valais, le lieu des Rencontres Orient-Occident
Participants aux Automnales 2015 à Lérins
Merci aux scouts musulmans pour leur accueil à Cordoue, 2010
Le mémorial de Srébrénica, 2015
Cercle de fraternité sur la route de Cordoue, 2010
Vers Moulay Abdessalam, sanctuaire soufi, Maroc, 2012
Un marcheur bien encadré à son arrivée à Cordoue
Vue de la cathédrale de Compostelle
Marche en Bosnie, 2015

Toulouse 15 octobre, marche interconvictionnelle

A l'invitation d'un collectif d'associations

Pour construire la Paix, Osons la rencontre

Un collectif d'associations toulousaines organise le dimanche 15 octobre 2017 une marche interconvictionnelle d'une douzaine de kilomètres. Elle reliera des lieux symboliques (aussi bien religieux que laïques), entre Colomiers et Pibrac. Cette marche intègrera des temps de silence et des temps d’échanges

Télécharger l'invitation.

Suivre sur FaceBook

 

Alors, la Palestine ?

Depuis que nous sommes rentrés c'est la question que posent tous les amis et parents.
Comment leur raconter ? Comment leur expliquer ?
Les impressions lorsque le car nous dépose dans le désert pour la première journée de marche. Le "groupe" qui se harnache en plein soleil, chacun prenant ses bouteilles d'eau dans un silence un peu angoissé. Oui, personne ne parlait. C'était la beauté du désert ou la peur de ne pas "tenir" ?
C'est superbe. Écrasant. Des souvenirs reviennent. Des lectures. Des films. 
Le monastère Saint-Georges. Mar Saba.
Le jus de grenade…
C'est peut être ça la réponse à " Alors, la Palestine ? "
Mais c'est aussi (surtout) l'incompréhension, l'antagonisme, la haine des deux communautés.
Pays étonnant où tous nos interlocuteurs ont été d'une intelligence stupéfiante. Depuis le bédouin propriétaire du chameau jusqu'à David armé de doctorats divers.
La fascination devant la froide détermination, très argumentée, de Abdelfattah Abusrour, au camp d'Aida, nous expliquant que ce n'est qu'une question de temps mais que la Palestine ne sera plus une terre sous domination israélienne. Et puis on apprend après que les deux photos qui sont au mur sont celles de son père et de son fils assassinés…
L'impatience du David arrivant à la fin de la question posée avant même celui ou celle qui la formulait. Sa morgue et son mépris quand il dit " Citez-moi des Prix Nobel palestiniens ? ".
L'engagement, le charme et les superbes chaussures de la chanteuse Mira.
On n'en revient pas indemne de ce voyage. On en revient pas tout à fait le même.
Mais que peut-on faire à part " témoigner "  ?
 
 
Jean-Louis Lacordaire

Sur le chemin d'Abraham

Deux contributions de participants à la marche en Palestine organisée par Compostelle-Cordoue en ce début du mois de novembre 2016 : Michel Rouffet répond à la question " Pourquoi cette marche en Palestine ? " et Alain Simonin invite à méditer sur des signes d'espérance à partir des prénoms des deux fils d'Abraham, Isac et Ismael. 

Itinéraire de la marche en Palestine

Palestine et Jérusalem : 30 marcheurs sont allés à la rencontre des acteurs d'un conflit qui s'épuise dans une violence larvée. Pour débusquer des bribes d'espoir, encore et toujours !

Position et détail de l'itinéraire

Nous étions trente marcheurs de l'ASSOCIATION COMPOSTELLE-CORDOUE pour le dialogue entre les cultures et les croyances, partis à la rencontre des bédouins du désert sur le Chemin d'Abraham entre Jéricho et Hebron. Accompagnés par deux guides palestiniens mendatés par le tour operator TAILAROOT l'AFRAT ainsi que les organismes palestiniens de développement SIRAJ CENTER et MASAR IBRAHIM, nous voulions contribuer au développement du tourisme rural dans les Territoires occupés et témoigner le plus honnêtement possible de ce que nous avons entendu et compris de ce conflit fratricide.