Image description
 

Adhésion / Dons

Adhésion

Toute personne physique ou morale intéressée par les activités de Compostelle-Cordoue a la possibilité de devenir membre actif.

Dons

Vous pouvez soutenir l'Association en faisant un don.


Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/www/cce25a76ed86b056cb9fba8805323ca3/web/ovi/ovidentia-7-8-1/addons/sitemap/dbtable.class.php on line 78
Retour au thème

Nouvelles d'Istanbul

Matthieu profite d'une halte de quelques jours à Istanbul pour nous donner de ses nouvelles.

 

Bonjour a tous,

 
 
Je suis arrivé a Istanbul le 3 septembre après avoir fait des étapes trop lourdes ; simplement pour voir enfin la mer et terminer cette première phase importante du voyage. Le prix à payer est une fatigue excessive, un manque de concentration et la perte de mon outil principal, ma tablette, dans le vacarme des voitures sur la route principale qui mène a cette ville de plus de 18 millions d‘habitants. Bon ! Les assurances feront la différence et il me faudra changer de stratégie de pilotage en utilisant des cartes et des cafés internet pour communiquer. En tout cas, j’ai reçu une belle leçon : savoir rester concentré et attentif jusqu’au bout. Dans le fond tout ça fait partie du chemin et je m’étais préparé pour ce genre de mésaventure.

 

Les prémisses d’un dialogue interreligieux

J’ai fait le calcul : 3146 km parcourus à pied et 10 pays traversés. Le dernier en date, la Grèce, participe aux chemins et aux échanges et a vu arriver, il y a 2500 ans, des émissaires bouddhistes de l’empereur Asoka qui ont contribués à façonner les prémisses d’un dialogue interreligieux qui ont enrichis le judaïsme et, par voie de conséquence, indirectement, la chrétienté.

 


Je remercie André Weill qui a diffusé les liens que je lui avais transmis et qui participent aussi aux motivations de ce pèlerinage. Ainsi, j’ai pu recueillir de manière symbolique un peu de terre que je transmettrai.

 

Relations généreuses et chaleureuses dans les Balkans

Avant d’arriver en Grèce et en Turquie, j’ai poursuivi mon long voyage dans les Balkans. J’ai été très sensible à la qualité des relations généreuses et chaleureuses même sans véritable dialogue : les regards, les sourires, les attentions suffisent et transmettent toute l’énergie positive ; ils donnent du sens ainsi que la respiration et l’enthousiasme nécessaires au soutien de ce voyage du corps et de l’esprit. 


 
Cela prend des formes inattendues. Par exemple, l’étape qui a suivi Belgrade a été ponctuée tout au long du chemin de cafés, de boissons offertes et de repas délicieux qu’il m’a été difficile de terminer. J’ai suivi le conseil d’aller dans une auberge le long du Danube. J’ai eu la surprise de voir des uniformes, des policiers galonnés, qui ont scruté le marcheur ahuri qu’ils ont laissé entrer tout en restant en communication avec des talkies walkies, probablement avec une autorité. Je suis arrivé dans un espace investi de sièges et de tables dressées, dans une atmosphère de fête. Les sièges emmaillotés de draps avec de grands nœuds en boucle derrière, le tout en couleur rose saumon satiné assez kitsch. Immédiatement le patron de l’auberge m’informe qu’il ne me sera pas possible de rester, un banquet étant prévu avec les personnalités locales, dont l’invité d honneur était le vice premier ministre de Serbie. La prochain lieu d’hébergement étant à près de 15 km, j’ai décliné ma position de pèlerin allant vers Jérusalem et dit ma fatigue au bout de 37 km. L’esprit de compassion existe chez les responsable de la sécurité ; ils ont mis à ma disposition une mercédès et son chauffeur pour me conduire dans une espèce d’auberge style isba dotée d’une véritable suite avec une salle de bains aux multiples jets, pour un tarif défiant toute concurrence. L’auberge était réquisitionnée pour l’évènement. Cela fait partie des kilomètres non marchés ; il y en a eu d autres ; ils n’excèdent pas 50 km en tout ; ils m’ont bien dépanné dans des moments de fatigue et ont été largement compensés par les kilomètres non comptabilisés, en ville, lors des journées de pause.
 

 

Rencontre avec des camionneurs turcs

Autre anecdote : après avoir passé la frontière et être entré en Bulgarie en direction de Dragoman, je m’arrête dans une sorte de café restaurant de la chaîne Dana, un très bel endroit dans une vallée encaissée où tout une série de camions turcs étaient garés. Je suis invité par les chauffeurs turcs qui me demandent qui je suis, ce que je fais, etc. J’explique que je marche en direction d’Istanbul et de Jérusalem. Très étonnés, ils me testent en me proposant successivement de me conduire à Istanbul et en prenant mon sac pour le mettre dans un des camions. Et puis, fonctionnant comme une caravane, ils me proposent de passer un bon moment avec leur amie de partage, une blonde pas tout à fait blonde. L’atmosphère commençant à être un peu surexcitée, je calme tout le monde en leur faisant écouter cette belle musique sacrée d’el Andaluz et là tout le monde s’est calmé, on s est serré chaleureusement les mains et on s’est quitté. Mais après toutes ces tentations, j’ai quand même accepté leur café.

 

Quand j’ai raconté cette histoire à Daniela, mon amie de Yoga qui habite Sofia, elle a éclaté de rire. Elle et son mari m’ont choyé comme je l’ai rarement été, tout particulièrement par une invitation dans un bon restaurant traditionnel avec une musique bulgare grave et nostalgique qui a entrainé Daniela dans des pas de danse d’une grande simplicité et empreints de fraîcheur...
 

 

En route vers l’Anatolie

Je vais quitter Istanbul et le Palais français, où je suis logé grâce au Fère Guénolé Jeusset, demain pour me diriger vers Bursa et traverser l’Anatolie et ses gros toutous, les Kangall. Morice, ma sœur, me propose, pour les calmer, de leur donner des croquettes. On verra. C’est peut-être une bonne méthode.
 

 

A bientôt pour de nouvelles aventures. Transmettez ces nouvelles et mes salutations.
 

 

Biz biz

Matthieu

 

     Envoyer cet article par email Envoyer par email   Impression Impression   
 

Evènements

Marche vers Assise

Du samedi 21 septembre au dimanche 29 septembre 2013.

Bulletin d'inscription.docx

 

COMPOSTELLE-CORDOUE, Marche et Rencontre

L'ouvrage collectif, COMPOSTELLE-CORDOUE, Marche et Rencontre vient de paraître aux Editions Saint-Augustin.

Voir la présentation de l'ouvrage dans la rubrique "Lecture".

Communiqué de presse.pdf

Bien envoyé...