Image description
 

Adhésion / Dons

Adhésion

Toute personne physique ou morale intéressée par les activités de Compostelle-Cordoue a la possibilité de devenir membre actif.

Dons

Vous pouvez soutenir l'Association en faisant un don.


Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/www/cce25a76ed86b056cb9fba8805323ca3/web/ovi/ovidentia-7-8-1/addons/sitemap/dbtable.class.php on line 78
Retour au thème

Aux confins de l’Anatolie

Arrivé à la frontière syrienne, Matthieu relate sa visite au tombeau de Mevlânâ Celaleddin-i Rumi et sa marche vers la Médteirranée en évoquant l'actualité kurde et la virtuosité des sheep boys.

 

Bonjour à tous,

 

Visite au tombeau de Mevlânâ Celaleddin-i Rumi

Grâce à Gabriel Baechler, après quelques jours à Gorëme, je me suis rendu au musée dédié à Mevlânâ Celaleddin-i Rumi dans la ville de Konya. J’ai été très impressionné par ce lieu et par la dévotion des fidèles autour du tombeau de ce grand maître soufi, contemporain de François d’Assise. Il a écrit des textes étonnamment modernes, pleins d’humanité et de poésie. Je le découvrirai à mon retour. Si vous avez du temps, essayez d’en profiter dès maintenant.

 

Paysage, hospitalité et drame

J’ai pu continuer mon voyage dans des paysages assez ouverts parfois étonnants de beauté et parfois monotones mais toujours prenants.

Et puis la succession des rencontres, de l’hospitalité et des attentions multiples reçues de gens simples avec de magnifiques sourires et une belle présence à l’autre. Que de belles leçons ! Parfois aussi on peut être confronté à la réalité violente vécue en Turquie. Aujourd’hui l’armée turque vient de perdre 24 hommes dans ses opérations contre le PKK le long de la frontière. La télévision relate en boucle ce drame national. J’ai rencontré des Kurdes. Il se trouve que pas moins de six marques de distribution d’essence appartiennent à des Kurdes. J’ai été invité par des Kurdes très remontés contre le gouvernement actuel. Des sympathisants du PKK, semble-t-il. Ce phénomène est d’autant plus étonnant que la plupart des Turcs rencontrés sont très fiers de leur pays et de leur premier ministre, Recep Tayyip Erdogan ; il est très estimé par presque tous ceux que j’ai été amené à rencontrer.

 

La violence des propos diffère selon le lieu de naissance ; ils sont beaucoup plus nuancés dans les régions près de Osmanye et près de la Méditerranée. En revanche, dans les régions proches de l’Irak, de l’Iran et de l’Arménie, la situation est vécue très douloureusement. A ce propos, je vous invite à lire le très beau livre d’Orhan Pamuk, Neige, que j’ai savouré.

 

Virtuosité des sheep boys

J’ai pu apprécier au cours du chemin la virtuosité des sheep boys. Un troupeau d’environ trois cents moutons a traversé une route à quatre voies en moins de deux minutes. La technique est la suivante : le berger quitte son âne ; le troupeau, accompagné par des sifflements du berger, qui devient le chef d’orchestre, suit l’âne, qui devient le guide ; les serre-files du troupeau sont cinq kangals impressionnants avec leurs colliers à pointes, ils encadrent et surveillent. Je me suis approché un peu trop près ; j’ai été remis à l’ordre par ces gardes du corps impressionnants. Et là,  bien sûr, on ne discute pas. Le berger m’a fait comprendre qu’ils faisaient bien leur boulot et qu’il s’agissait de leur obéir. Je me suis bien sûr fait tout petit.

 

Arrivée au bord de la Méditerranée

Arrivé à Pozanti, on passe par une sorte de défilé dans de magnifiques paysages montagneux et, au terme d’une longue traversée, on quitte l’Anatolie plein de souvenirs qui restent pour le fond assez intimes. L’arrivée vers la façade méditerranéenne offre des paysages très différents. On retrouve les agrumes, citronniers et mandariniers, les figuiers, les grenadiers et les oliveraies... Au temps très frais de l’immense haut plateau succède un climat chaud, parfois orageux, qui surprend et, par contraste, s’avère aussi fatigant. Dans les villes comme Adana, dont la mosquée est magnifique, presque plus de femmes voilées, une jeunesse très proche de celle que nous connaissons en Europe, avec la même excitation dans les rues qui peut donner le tournis après cette paix le long de l’Anatolie.



Et puis on devient pressé, pour arriver à Iskanderun, une autre ville d’Alexandre, de remonter la montagne pour la redescendre vers Antioche. En chemin on fait des rencontres ; par exemple celle d’un Syrien de Alep avec lequel nous avons convenu de nous rencontrer sur place — je vous en parlerai plus tard.

 

Un hâvre de paix

La visite de la première église chrétienne vous fait remonter avec beaucoup d’émotions dans votre enfance religieuse. Avec, cerise sur le gâteau, le magnifique accueil de Barbara, sœur franciscaine qui vit ici depuis 35 ans ; cette femme est un vrai cadeau alliant douceur, qualité d’écoute et humanité simple et vraie. Je me suis vraiment reposé dans ce havre de paix et m’y suis préparé à cette entrée en Syrie qui excite beaucoup les esprits.

 

Vers la frontière

Voilà ! Je suis prêt. Je rentrerai demain ! Si possible à pied comme à chaque passage de frontière jusqu’ici ! Inch’Allah !

 

Matthieu

 

PS Andre Virasels et Claude Mousie de Limoges sont repartis de Rome le 17 octobre pour un pelerinage commence a Limoges pour Jerusalem que toutes nos meilleures pensees les accompagnent.


 

     Envoyer cet article par email Envoyer par email   Impression Impression   
 

Evènements

Marche vers Assise

Du samedi 21 septembre au dimanche 29 septembre 2013.

Bulletin d'inscription.docx

 

COMPOSTELLE-CORDOUE, Marche et Rencontre

L'ouvrage collectif, COMPOSTELLE-CORDOUE, Marche et Rencontre vient de paraître aux Editions Saint-Augustin.

Voir la présentation de l'ouvrage dans la rubrique "Lecture".

Communiqué de presse.pdf

Bien envoyé...