Image description
 

Adhésion / Dons

Adhésion

Toute personne physique ou morale intéressée par les activités de Compostelle-Cordoue a la possibilité de devenir membre actif.

Dons

Vous pouvez soutenir l'Association en faisant un don.


Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/www/cce25a76ed86b056cb9fba8805323ca3/web/ovi/ovidentia-7-8-1/addons/sitemap/dbtable.class.php on line 78
Retour au thème

Matthieu revient à Mar Musa

Des membres de l'assocaition Les amis de Mar Musa et de Compostelle-Cordoue ayant décidé de se rendre pendant les fêtes à Deir Mar Musa al-Habashi pour témoigner leur soutien au Père Paolo Dall'Oglio, Matthieu décide d'y passer Noël et les fêtes. Il renonce à fêter Noël à Béthléem comme il l'avait prévu de longue date.

Retour en Syrie. Accueil chaleureux au poste frontière où on le reconnait. Retrouvailles avec Lujaïna à Damas, puis avec le Père Paolo et les résidents du monastère, et enfin avec des amis avec qui il a marché vers Cordoue en 2010.

Moments d'émotion intense et profonde devant des paysages féériques, à l'écoute de rituels orientaux et de l'indicible harmonie qui sourd de Mar Musa...

 

Entrée en Jordanie

Le poste frontière séparant la Syrie de la Jordanie est presque vide. Aux grandes affiches du président Syrien se substituent celles du roi Jordanie. Le voyageur est frappé du style très britannique du personnel de l’immigration et de la police jordanienne. Politesse du personnel, uniformes impeccables aux couleurs bleu marine, pulls et bérets type Royal Navy. Après avoir passé ce poste, direction Al Mafraq ; chemin faisant, je me laisse influencer par un Jordanien qui me conseille plutôt de me rendre sur la route de Ramtha pour rejoindre Jerash. Je me laisse convaincre. La route est belle ; et puis, cerise sur le gâteau, il y aurait un hôtel. En fait, à mon arrivée dans ce village, pas d’hôtel, mais Anas, un agent de la sécurité civile, fonction qui correspond sensiblement aux pompiers chez nous ; il m’invite chez lui et m’amène en voiture dans son village près de la vallée du Jourdain à l’est d’Irbid. Au passage, il négocie pour moi une nouvelle carte Sim auprès du représentant local de l’opérateur Orange.

Soirée entre hommes

La  soirée se passe entre hommes, avec frères, cousins, amis, etc. Seule la présence d’une petite fille qui passe la porte et l’arrivée de plats délicieux ramenés par mon hôte signalent la présence d’une femme, que, conformément aux coutumes musulmanes pratiquées localement, je n’ai jamais pu voir ; je demande donc à Anas de lui transmettre mes remerciements et un petit cadeau en provenance de Palmyre, acquis auprès d’un vendeur matinal et insistant auquel je n’ai pas su résister et que je remercie. Tout est transmissible ; rien ne se perd.
 

Jerash

Le lendemain, je reprends la route en direction de la petite ville de Jerash qui se découvre en redescendant des collines boisées. Et puis apparaissent des ruines romaines dont seule une  partie est visible ; le reste, non découvert, se situe en majeure partie sous l’emplacement de la ville actuelle. Logement à l’hôtel Hadrien d’où on peut apercevoir les vestiges d’une sorte d’arc de triomphe très bien conservé.

 

Dans les collines

Le lendemain ma route emprunte de magnifiques hauteurs. Je trouve un beau campement dans un paysage de collines escarpées magnifiquement boisées par des pins maritimes avec des affleurements d’un calcaire blanc très lumineux. Un petit mais nécessaire effort d’escalade a heureusement mis cet endroit à l’abri des pollutions du trafic routier.

 

Amman

Et puis, de montées en descentes, je suis arrivé à Amman. Mes amis pèlerins du groupe Lasalle m’ont réservé une chambre à l’hôtel Toledo. C’est assez paradoxal de rester, à une telle distance, dans l’esprit d’al Andalus. Deux jours de repos et de mise à niveau du courrier. Le début des journées est rythmé par la messe dans la mission des Jésuites ; j’ai pu y apprécier les très beaux chants à l’unisson de la chorale de nos amis pèlerins.

 

Changement de programme

Jean-François me fait part d’une initiative de Nadia et de Pierre : venir de Genève avec des amis témoigner leur soutien au Père Paolo. Je me joins à cette initiative en choisissant de passer Noël avec la communauté de Mar Musa, lieu fabuleux mais menacé, au lieu d’aller à Bethléem comme prévu depuis longue date.
 

Paysages féériques

Je profite aussi d’aller à Petra et au Wadi Rum, qui, à l’instar de Palmyre, est un des lieux probables d’arrivée des missionnaires bouddhistes dans la région. J’ai bien sûr apprécié ce lieu magnifique creusé dans la roche, mais j’ai surtout été séduit par la beauté et les nuances des paysages tout à fait exceptionnels et de cette roche avec des nuances de tons rouges, roses, noirs, ocres et jaunes, souvent marbrée : de magnifiques tableaux d’une grande modernité et d’une émouvante fraîcheur. A la clé, une belle excursion en solo au mot Haroun et la rencontre d’un campement nomade dans un talweg en bordure de cette montagne assez escarpée qui domine la plaine donnant sur le Jourdain et Israël. Je n’ai pas de mots pour décrire les impressions de toute cette féérie qui vous envahit ; elles vont au-delà des plus beaux rêves que l’on peut nourrir en imaginant les paysages d’Arabie.

 

Retour en Syrie

Et puis, taxi collectif, retour en Syrie. Au poste frontière, j’ai été chaleureusement accueilli par les agents de l’immigration qui m’ont reconnu après mon précédent passage à pied ; tout s’est bien passé, sans encombres. Accueil de Lujaïna à Damas. J’ai passé un très bon moment avec elle ; elle m’a fait découvrir de nouveaux charmes cachés de la vielle ville et de ses palais avant que je reparte vers Mar Musa.

 

Au rythme de Mar Musa

Magnifique moment de retrouvailles dans cette période tourmentée ; si toute la communauté est affectée, elle demeure néanmoins étrangement calme au milieu de toute cette tourmente. Je suis resté près de 15 jours avant l’arrivée de nos amis de Genève venus apporter leur soutien. Les journées se sont déroulées selon le rythme du monastère. J’ai passé des moments tranquilles et sereins, et j’ai essayé autant que possible de m’harmoniser avec la communauté. J’ai même appris à faire respirer au grand air du désert les matelas. Je me suis senti vraiment adopté.

Cadeaux de Noël

Un très grand merci à tous pour ces messages de Noël... Ils m’ont arraché de petites larmes. Cela a été une vraie surprise. La veille de Noël, j’ai reçu une visite inattendue d’une belle personne aux yeux pervenche en fauteuil roulant, une handicapée par la vie venant de Beyrouth : accident d’auto, abandon de son mari qui a fui avec ses enfants dont elle n’a pu avoir de nouvelles qu’après de longues années. Christian, un jeune Allemand qui s’est chargé de la transporter sur son dos m’a dit qu’elle était « full of grace ». Ce précieux cadeau s'appelle Marie-Noëllel ! Je ne l’invente pas !


 

Magie de Mar Musa

Mar Musa revêt quelque chose de précieux qui vous atteint au plus profond de l’esprit, quelque chose de l’ordre du religieux, de l’émerveillement, du souvenir de la petite enfance. Les rituels relèvent de la magie des rêves orientaux. Je me suis laissé atteindre avec d’autres au plus profond du cœur. Même si cela relève du sentiment intime, c’est également très physique voire charnel.


Retrouvailles à Mar Musa

Nos amis sont arrivés à Damas un peu éprouvés par un voyage très long et très fatigant. Cette démarche de soutien réunit des amis de Mar Musa et des membres de Compostelle Cordoue. Quelle joie de revoir nos amis du chemin, Nadia, Pierre et Jean François, ainsi que Françoise et Georges. Sans compter le cadeau de Jean-François, ancien pèlerin de Jérusalem, un de mes mentors avec André Weill : il m’a offert une nouvelle paire de chaussures. Les miennes étaient fatiguées voire dangereuses pour aller et venir dans les sentiers escarpés de la montagne autour du monastère. Jean-François m’a aussi offert des chocolats en forme de cœur – mais à quoi pensait-il ? – ainsi qu’un couteau suisse de sa collection personnelle d’officier – il a atteint le plus haut grade de l’armée Suisse –. Tous ces amis qui nous ont rejoints ont cassé leur tirelire en apportant des instruments de mesure pour la fromagerie du monastère – comme quoi on fait confiance à l’avenir ! – Tous ces moments magnifiques resteront gravés tout au long de ma vie à venir.

 

Chacun reprend sa route

Nous avons aussi pu nous rendre près de Homs chez le père qui a reçu Jean-François lors de son pèlerinage en Syrie. Un moment d’émotion exceptionnel ! Et puis chacun a repris sa route. Eux vers Genève, moi vers Amman, d’où je suis reparti bien reposé pour la prochaine étape. Je leur laisse le soin de raconter tous les témoignages que nous avons pu recueillir sur la situation en Syrie qui demeure confuse, préoccupante et meurtrière...

 

Bonne année à tous !

A suivre…

Matthieu

 

     Envoyer cet article par email Envoyer par email   Impression Impression   
 

Evènements

Marche vers Assise

Du samedi 21 septembre au dimanche 29 septembre 2013.

Bulletin d'inscription.docx

 

COMPOSTELLE-CORDOUE, Marche et Rencontre

L'ouvrage collectif, COMPOSTELLE-CORDOUE, Marche et Rencontre vient de paraître aux Editions Saint-Augustin.

Voir la présentation de l'ouvrage dans la rubrique "Lecture".

Communiqué de presse.pdf

Bien envoyé...