Image description
 

Adhésion / Dons

Adhésion

Toute personne physique ou morale intéressée par les activités de Compostelle-Cordoue a la possibilité de devenir membre actif.

Dons

Vous pouvez soutenir l'Association en faisant un don.


Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/www/cce25a76ed86b056cb9fba8805323ca3/web/ovi/ovidentia-7-8-1/addons/sitemap/dbtable.class.php on line 78
Retour au thème

Bonjour de Jérusalem

Arrivé à Jérusalem, Matthieu relate sa marche depuis Amman, les nuits froides dans la vallée du Jourdain, son premier passage de frontière en véhicule, une soirée à la paroisse de Jéricho, le mur de séparation, les colonies qui grignotent le territoire palestinien, et l'arrivée à Jérusalem, qui pour lui ne sera qu'une étape.

André Weill qui, il y a quelques années a amené à pied du camp d'Auschwitz, un petit caillou qu'il a déposé au Mur des lamentations en mémoire de son grand-oncle et de toutes les victimes de l'Holocauste, lui a demandé des nouvelles de son caillou; nul n'a su en donner à Matthieu: "Il ne faut pas s'inquiéter. Le Seigneur s'en charge."

En visite sur les rives du lac de Tibériade, Matthieu apprécie la beauté des lieux mais est interpelé par les hauteurs du Golan et du Mont Hebron sur l'autre rive, un des lieux où la guerre de l'eau prend forme.

Il nous laisse également entrevoir comment il envisage la marche vers Alexandrie, ultime étape de son périple.

 

Bonjour à tous de Jérusalem,

 

En route vers Jérusalem

Arrivé Amman, j’ai repris le chemin le 3 janvier pour arriver à Jérusalem le 5 au soir. Eh oui, c’est très court après ces haltes en Syrie pour les fêtes. C’est assez simple. La route descend pratiquement tout le temps, traverse une région un peu boisée pour arriver à un campement proche du Jourdain en dessous du niveau de la mer. Le paysage reste très désertique ; il est modelé par des tells et des vallées encaissées entaillées par les oueds. La journée a été plutôt chaude et agréable. Par contre en cours de soirée, le thermomètre descend rapidement et il fait franchement froid durant la nuit.

 

Passage de la frontière

Et puis on longe longuement la vallée du Jourdain pour arriver au poste frontière. Pour la première fois je n’ai pas traversé la frontière à pied. La zone est considérée comme militaire, et malgré mes demandes insistantes, on m’a proposé soit un shuttle, sorte de bus affrété, soit le retour sur Amman. Le passeport n’est remis qu’à la sortie au poste israélien. Une grande gare de triage marque l’entrée sur le territoire israélien. J’ai eu droit à une fouille méthodique et mes tampons syriens pour quatre entrées et sorties m’ont valu des questions soutenues des agents chargés du contrôle. Une fouille méthodique du sac et un  tampon pour un visa de 3 mois ont soldé la procédure. Je suis passé, mais limite, paraît-il. Autre shuttle obligatoire pour sortir de la zone frontalière à proximité de Jéricho en Palestine. Cette fois-ci, je n ai pas discuté.

 

Accueil franciscain

Désolé, Jean-François, je n’ai pas passé la nuit à l’Hôtel Palace avec son hôte charmante, distinguée et pleine de retenue. L’ensemble est, paraît-il, tellement propre que même un Suisse n’hésitera pas à dérouler son sac de couchage pour ne pas salir les draps. Je me suis vu proposer un accueil franciscain chez le père Ibrahim, d’origine syrienne, qui m’a ouvert sa paroisse, son frigidaire et son vin. La paroisse de Jéricho possède un magnifique jardin couvert d’orangers, de citronniers et de bougainvilliers ; un lieu très idyllique dans cette région en bordure du désert.

 

"Welcome in Jerusalem"

 

Le lendemain, démarrage matinal pour couvrir 35 km et 1200 m de dénivelé. La route emprunte un sentier en direction du monastère de Saint Georges. Belle journée chaude. Montée graduelle. Rencontres avec les bédouins sur le chemin. Le paysage se couvre sur les hauteurs tandis que je traverse des pinèdes.

L’œil est attiré par des constructions bien sécurisées, localisées sur les hauteurs, qui ressemblent à des châteaux forts: les fameuses colonies qui grignotent le territoire palestinien. Un poste militaire sur la hauteur d’en face explique aussi le mécanisme. Et puis un gros check point. Contrôle serré. Mais le marcheur s’est attiré la sympathie de la jeune femme armée, protégée par un gilet pare balles et chargée du contrôle, qui le questionne. Et puis on aperçoit en bordure le mur de séparation... Je continue sur une route à quatre voies et me glisse dans un tunnel, heureusement pas trop fréquenté, qui altère l’air du marcheur. A l’arrivée, un « Welcome in Jerusalem » et une vue sur une colline surmontée au loin d’un dôme doré. Ça y est, je suis arrivé !


 

Petite photo en autoportrait...

Rien qu'une étape

Pour être franc, je n’ai pas eu la même impression que mes prédécesseurs. Le soir arrive, le vent est vif et la température froide. Pour moi cela ne restera qu’une étape. Rester concentré jusqu’au bout ! Certes ! Mais cette ville mérite aussi que l’on s’y arrête. Alors, comme mes prédécesseurs, direction maison d’Abraham. Accueil chaleureux et simple.
 

Une dévotion touchante

André m’a demandé des nouvelles de son petit caillou ; je suis donc allé au Mur des lamentations. Ils ne savent pas vraiment ; mes interlocuteurs froncent le sourcil, se grattent le menton et cherchent toujours en hochant la tête. Ils me disent qu’il ne faut pas s’inquiéter, que de toute façon le Seigneur s’en charge... Je découvre sans guide la vieille ville et me sens attiré par toute cette dévotion des pèlerins ; elle peut parfois sembler friser l’excès ; elle n’en est pas moins touchante. J’ai eu cette impression tout particulièrement au Saint Sépulcre, où l’on embrasse, pleure, implore sur des vestiges souvent contestés et sujets à controverses entre spécialistes. Les supports peuvent prêter à discussion ; il n’en reste pas moins que les lieux sont nommés dans les livres.


 

Eau confisquée

Le jour du shabbat, petite ballade avec deux hospitaliers, Isabelle et Jacques, dans la région du lac de Tibériade, au Mont des Béatitudes et à Capharnaüm. La région est belle mais je ne peux pas m’empêcher de voir sur l’autre rive du lac les hauteurs du Golan et du bassin hydrographique du mont Hermon ; l’eau confisquée à la Syrie pose des problèmes d’alimentation à la ville de Damas. La sécurité d’Israël a un prix et des conséquences difficilement tenables à terme...
 

Logistique

En ce moment j’essaie de tracer le chemin sur Alexandrie : Bethleem, Hebron, Beersheva… La suite reste difficile et un peu casse-tête. Le seul poste frontière avec l’Egypte reste à ce jour celui d’Eilat. Faute d’approvisionnent sur la route pour rejoindre Al Arish en Egypte, je m’apprête à faire un détour en bus. Pas de système miracle, mais si vous avez des idées, je suis preneur...


Bzz
Matthieu

     Envoyer cet article par email Envoyer par email   Impression Impression   
 

Evènements

Marche vers Assise

Du samedi 21 septembre au dimanche 29 septembre 2013.

Bulletin d'inscription.docx

 

COMPOSTELLE-CORDOUE, Marche et Rencontre

L'ouvrage collectif, COMPOSTELLE-CORDOUE, Marche et Rencontre vient de paraître aux Editions Saint-Augustin.

Voir la présentation de l'ouvrage dans la rubrique "Lecture".

Communiqué de presse.pdf

Bien envoyé...